Retour d'expérience sur une expédition hivernale au Pic

C'est le Blog ou cahier journalier de la station.
Répondre
Avatar du membre
Dominique Menel
Messages : 221
Enregistré le : 21 juil. 2006 19:21
Localisation : Saint-Véran
Contact :

Retour d'expérience sur une expédition hivernale au Pic

Message par Dominique Menel » 06 janv. 2008 15:08

La Société d'Astronomie de Nantes vient de passer plusieurs jours à l'observatoire. Elle vous livre queques réflexions à propos de la montée pour vous inciter à en faire de même en vous faisant part de ses expériences.

BUT DE L'EXPÉDITION
Nous avions décidé de faire quelques photos de Mars à l'opposition au T620.

SOLUTION RETENUE POUR LA MONTÉE
Pour cela, nous avons passé en revue les différentes solutions pour faire l'ascension.
Comme les cinq membres de l'expédition ont une pratique plus ou moins correcte du ski, nous avons choisi la montée à ski de randonnée en pariant sur l'ouverture intégrale des remontées mécaniques de Saint-Véran.

SKIS DE RANDONNÉE
Pour ceux qui se posent des questions sur le ski de randonnée, voici quelques précisions :
- les ski sont des skis alpins (de piste) classiques sur lesquelles sont montées des fixations articulées à la pointe de la chaussure, pouvant être fixes ou libres au talon selon que l'on monte ou que l'on descend.
- les chaussures peuvent être des chaussures de ski alpin classiques. Les chaussures que nous avons louées comportaient une semelle en élastomère pour amortir les choc pendant la marche.
- pour la montée, des "peaux de phoque" sont fixées sous toute la longueur du ski. Ces peaux "accrochent" à la montée, empêchant le ski de redescendre et rendant ainsi possible l'ascension de pentes assez raides avec des efforts raisonnables.
- les peaux de phoque sont ôtées pour la descente.

Image
Équipement "skis de randonnée" (le guide au premier plan)

MONTÉE
Comme c'était notre première ascension hivernale, nous avons loué les services d'un guide (au bureau des guides de Saint-Véran).
Pour la montée, il nous a équipé du matériel réglementaire de localisation en cas d'avalanche : balise ARVA, sonde et pelle à neige.
Surtout, il nous a prodigué d'excellents conseils pour faciliter l'ascension : réglages des chaussures, des fixations, des sacs à dos, etc.
Nous avons gagné notre pari à propos de l'ouverture des remontées. Nous avons donc emprunté successivement trois téléskis qui nous ont conduit à 2800 mètres d'altitude, soit environ 150 mètres sous l'observatoire (téléski du Grand Serre). Cela nous a pris environ 45 minutes.
D'après le guide, il reste alors environ une heure de ski pour atteindre l'observatoire. Cependant, attention ! On arrive directement (ou presque) d'une altitude zéro et on porte des sacs à dos bien remplis. Il nous a donc fallu deux heures ! Deux heures de montée dans une neige tout juste suffisante en épaisseur pour jongler entre les cailloux. Là encore, bien que la trace ait été faite, le guide est précieux.
Si le téléski Grand Serre est fermé et celui de Cassette ouvert, il faut compter un temps de montée doublé.

Plan des pistes sur le site de Saint-Véran (dans "Activités / Hiver") : http://www.saintveran.net

Image
Arrivée au sommet du Grand Serre et pose des peaux de phoque

Image Image
La trace jusqu'au Pic de Châteaurenard et la grimpette

SACS À DOS
Habituellement, on doit limiter le poids de son sac à 1/5 de son propre poids, soit 16 kg pour un type de 80 kg comme moi. C'est oublier l'altitude et la raréfaction de l'oxygène. C'est sans doute faisable après une semaine à 2000 mètres, infiniment plus difficile en arrivant de la plaine !
Limitez votre sac à 10 / 12 kg, vous me direz merci (je parle d'expérience, mon sac faisait 16 kg), les kg comptent double à cette altitude ! (À moins d'être rompu à la montagne et accoutumé à l'altitude).
Prenez également le temps de régler correctement votre sac afin de porter les 3/4 de son poids sur les hanches et non sur les épaules. Vos clavicules seront épargnées et vous garderez de l'amplitude au niveau de la cage thoracique pour respirer à grandes goulées.

Image
Sac à dos un peu trop lourd !

PROTECTIONS
Attention au Soleil si le ciel est dégagé. C'est pire qu'en été. Protection solaire obligatoire sur le visage et oreilles cachées (bandeau ou bonnet).
Inutile de se couvrir exagérément, l'ascension, ça réchauffe suffisamment !

ALTERNATIVES POUR LA MONTÉE

RAQUETTES
Trois membres observateurs sont venus nous rejoindre à la fin de notre mission. Ils avaient choisi de faire l'ascension depuis Saint-Véran avec des raquettes.
Dans ce cas, la montée demande 4 à 6 heures selon l'expérience et la forme physique.
D'après ces "montants", il vaut mieux suivre les pistes damées que passer dans la neige non tassée, c'est moins pénible.
Ne pas oublier de prévoir du ravitaillement pour le chemin.

HÉLICOPTÈRE
Nous avons hésité un bon moment avant de ne pas retenir cette solution pourtant alléchante.
Les raisons :
- aller embarquer à Vars, mais passer au préalable par Saint-Véran pour prendre les clés de l'observatoire chez Joseph Brunet (et accessoirement discuter un moment et prendre un verre avec lui).
- d° pour le retour si aucune mission n'est programmée à suivre.
- prendre également l'hélicoptère pour la descente (à moins de pouvoir embarquer des skis ou des raquettes ?).
- le côté "aventure" de l'ascension à ski est un peu grisant et contribue grandement à notre plaisir de participation à une mission hivernale (ça n'engage que nous !).

ASPECT FINANCIER

MONTÉE À SKI AVEC GUIDE (5 PERSONNES / 6 JOURS)
- location des skis et chaussures : 790 euros
- guide (pour la montée uniquement) : 270 euros
- remontées mécaniques : 44 euros
TOTAL : 1104 euros

LOCATION DE RAQUETTES + BÂTONS (SANS GUIDE)
- pour une personne / une journée : 6 euros
TOTAL (5 personnes / 6 jours) : 180 euros

HÉLICOPTÈRE
- la course (5 passagers maxi) : 528 euros
TOTAL (montée et descente) : 1056 euros

Dominique Menel
Mission "SAN Hivernale"
Modifié en dernier par Dominique Menel le 28 juil. 2008 10:59, modifié 1 fois.

Avatar du membre
jpprevit

Des infos bienvenues!

Message par jpprevit » 06 janv. 2008 20:44

Merci Dominique pour ces infos précieuses. Nous avons maintenant du grain à moudre pour organiser d'autres missions hivernales.
Une question à ceux qui sont montés avec des raquettes: Le chemin qu'ils ont suivi est-il identique au votre dans la partie finale, en gros entre le haut des remontées mécaniques et la station?

Jean-Pierre Prévit
SAR

340seb
Messages : 62
Enregistré le : 14 juil. 2006 17:33
Localisation : Saint Martin de Queyrières
Contact :

Message par 340seb » 06 janv. 2008 21:00

Salut
Je réponds par rapport à mon 'expérience' sur les quelques montées que j'ai pu faire en hiver en raquettes - jusqu'à l'année passée, je ne savais pas skier donc je montais en raquette pour redescendre en surf - et il se trouve qu'il y a un passage qui peut être déversant selon les condtions d'enneigement, et en raquettes, les dévers c'est pas top alors qu'en ski de rando ça passe bien. Donc il y a un passage où en raquettes on passe 'au fond' avant de se faire un tout droit, quand en ski on passe en haut pour ne pas se faire un montée trop raide ... mais c'est pas à tous les coups et au pire,on peut tous passer au même endroit ...
En plus, au moins en ce qui me concerne, je ne suis jamais passé exactement au même endroit à chaque fois que j'ai pu monter l'hiver, ça dépend tellement desconditions d'enneigement qu'on ne sait jamais à l'avance. Pour finir, en raquette on peut aussi couper entre le pied du Grand Serre et l'observatoire (si la piste rouge n'est pas damée).
A part sur la toute fin où il faut remonter sous le pic, il n'y a pas de parcours type, et en tout cas, ce n'est pas exactement le même pour raquettes/skis de rando (à quelques mètres près).
Seb

Avatar du membre
Jean-Christophe Le Floch
Messages : 433
Enregistré le : 08 juil. 2006 06:17
Localisation : 78170 - La Celle Saint-Cloud
Contact :

Message par Jean-Christophe Le Floch » 07 janv. 2008 07:30

Merci effectivement Dominique pour l'ensemble des informations pratiques que tu donnes. Les données financières que j'avais présenté lors de l'AG du 24 novembre dernier sont en phases :!:
Une remarque importante cependant, vous avez assuré votre sécurité à la montée en prenant un guide mais la descendante n'est pas moins délicate. Je pousse le bouchon mais en toute logique tu devais dans le coût global ajouter l'intervention
d'un guide ou d'un accompagnateur de haute montagne pour votre retour.
L'utilisation de l'hélicoptère assure clairement votre sécurité à l'aller comme au retour.
Au final, la solution est économiquement viable des lors que le groupe est constitué de 5 personnes.

Jean-Christophe

340seb
Messages : 62
Enregistré le : 14 juil. 2006 17:33
Localisation : Saint Martin de Queyrières
Contact :

Message par 340seb » 07 janv. 2008 09:13

En même temps,comme le dit Dominique, l'hélico sous-entend que pour passer chez Jo récupérer les clés, c'est un peu juste et donc qu'il faut monter à Saint-Véran la veille, remonter jusqu'à Vars pour passer une nuit à l'hotel (et là-haut, il n'y a pas de Formule 1), donc ça fait au moins 60 km avant la montée, après la descente et une nuit d'hotel au moins ... en bref, il y a 'quelques' frais annexes non négligeables.
En plus, je ne suis pas autant convaincu que toi que le guide soit nécessaire à la descente ... à moins d'une grosse chute de neige, on voit toujours les traces de la montée et tout au long de la descente, on voit le village. A la limite, pour la montée, pour un peu qu'un groupe soit déjà monté, on a une tranchée.
A mon avis, l'hélico n'est réellement intéressant que si il y a plusieurs groupes qui se suivent et montent comme ça ...
Seb

Avatar du membre
Jean-Christophe Le Floch
Messages : 433
Enregistré le : 08 juil. 2006 06:17
Localisation : 78170 - La Celle Saint-Cloud
Contact :

Message par Jean-Christophe Le Floch » 07 janv. 2008 09:52

A partir du moment ou l'hélico est mis en oeuvre il est clair qu'il ne faut pas faire un A/R chez Jo pour les Clé, c'est a l'association de résoudre se problème.
Pour ce qui concerne le guide, il est vrai que tu as des traces qui peuvent facilité le retour. Maintenant, il faut être logique. Pourquoi utiliser un guide uniquement à l'aller et pas au retour. Potentiellement, il y a autant de risque. à l'aller tu attaques la zone difficile en état plus ou moin fatigué suivant le fonctionnement ou pas du Grand Serre. Au retard, tu attaques la même zone de difficulté en étant froid musculairement.!!!
Enfin, l'association préconise l'utilisation d'un professionnel pour les groupes qui se considèrent pas en mesure de faire le voyage hors piste.

A+ Jean-Christophe

340seb
Messages : 62
Enregistré le : 14 juil. 2006 17:33
Localisation : Saint Martin de Queyrières
Contact :

Message par 340seb » 07 janv. 2008 10:12

Attention, je n'ai pas qu'il ne fallait pas de guide ou d'accompagnateur à la montée et à la descente, mais c'était juste pour relativiser un peu : il y a les frais obligatoires et ceux qui ne le sont pas même s'ils sont fortement conseillés (guide quand on monte à ski / hotel quand c'est l'hélico) parcequ'en effet, il y a au moins autant de risques à la montée qu'à la descente.
Seb

Avatar du membre
Dominique Menel
Messages : 221
Enregistré le : 21 juil. 2006 19:21
Localisation : Saint-Véran
Contact :

Message par Dominique Menel » 07 janv. 2008 10:50

Nous avons fait le choix de ne pas prendre de guide à la descente pour les raisons suivantes :
- les équipiers SAN de cette mission pratiquent correctement le ski alpin.
- la météo était au beau fixe (Soleil, pas un nuage, température clémente).
- la couverture neigeuse était stabilisée.
- la trace était faite (il y a eu des montées de randonneurs tout au long de notre séjour).

Comme convenu avec le guide à la montée, si une seule de ces conditions n'avait pas été respectée, nous aurions fait appel à ses services pour la descente (laquelle, selon lui, se serait faite en passant par le versant de la chapelle des Clausis plutôt que par les crêtes).

Sinon, pour répondre à la question de Jean-Pierre, les "raquetteurs" ont emprunté le même chemin que celui que nous avions suivi à la montée. Il y a un petit passage en fort dévers dans lequel les skis passent beaucoup mieux que les raquettes.

Bien entendu, la plus grande prudence s'impose pour la partie du chemin comprise entre le sommet du Grand Serre et l'observatoire. Cependant, les conditions que nous avons rencontrées tant à la montée qu'à la descente (super beau temps) ont largement contribué à rendre la randonnée très agréable et très "sécure". Ceci ne présume en rien d'ascensions faites dans d'autres conditions de neige ou météo. Il faut proagir au coup par coup selon les circonstances du moment et en s'informant OBLIGATOIREMENT auprès des gens du village qui "savent".
Pour ce qui nous concerne, nous avons pris la précaution de prévenir suffisamment de monde à Saint-Véran de notre expédition, y compris les gendarmes !

Le séjour hivernal à l'observatoire est une superbe aventure qu'on ne peut que conseiller à tous les membres d'AQ. La montée est loin d'être un obstacle infranchissable dans la mesure où tout est correctement préparé.

D'ailleurs, on n'a qu'une hâte : y retourner :D

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités